Page images
PDF
EPUB

qu'on a voyagé; et la maîtresse, qui vous a vu au spectacle toute l'année, fait semblant de vous croire.

On élève les enfants du premier âge beaucoup mieux qu'autrefois. On les plonge souvent dans les bains froids; on a pris la coutume heureuse de les vêtir légèrement et sans liga

tures.

Cela est bien fait; car, en général, il ne manque aux hommes de Paris, pour être des femmes, que d'avoir des traits doux et des formes arrondies. Une quantité d'âmes féminines habitent chez des hommes, à qui il ne faut pas demander une sorte d'énergie dont ils sont incapables.

Quand il n'est que petit jour chez madame, les bons amis et les petits chiens ont la liberté d'entrer; les volets ne sont qu'à demi ouverts: le petit jour commence à onze heures son

nantes.

Quelques femmes à Paris ne se lèvent que vers le soir, et se couchent lorsque l'aurore paraît; une femme bel esprit adopte ordinairement cette coutume, et on l'appelle une lampe.

La maîtresse de la maison ne parle point des plats qui sont sur la table; il ne lui est permis que d'annoncer une poularde de Rennes, des perdrix du Mans, des pâtés de Périgueux, du mouton de Ganges et des olives d'Espagne.

Pour être l'homme du jour, il faut avoir délicatesse de complexion, délicatesse d'esprit, délicatesse de sentiment.

Jamais la renommée n'eut de trompettes plus menteuses que les journaux imprimés à Paris, et on ne les lit qu'en province.

Ce qu'il y a de plus rare à Paris, c'est d'avoir un régiment et de n'en pas tirer vanité devant les femmes : rien de moins commun qu'un officier, non pas honnête, mais modeste.

Un colonel dit qu'il est venu à Paris pour faire des hommes, au lieu de dire faire des soldats: l'usage a tellement prévalu, qu'on ne se sert point d'un autre terme devant les femmes.

Les boucles de souliers ressemblent toujours à celles des harnais. Elles varient quant au travail.

n'a

Un bon mot fait la fortune d'un homme. Le comte de vait que mille écus de rente; il donnait trois mille livres à son coureur, et il disait : J'ai trouvé l'art d'avoir toujours une année de mon revenu devant moi. Ce bon mot enchanta toutes les femmes, et fit une partie de son avancement.

Les riches ne font plus bonne chère, parce qu'ils ont commencé de trop bonne heure, et qu'ils ont le goût émoussé. Souvent le maître de la maison, au milieu d'une table délicieusement servie, boit tristement du lait, des jus et des coulis : voilà la cuisine nouvelle.

On parle incessamment finances; mais depuis longtemps on a perdu en France le livre de recettes et de dépenses. On parle encore de la marine; mais on ne cite pas Montesquieu, C'est l'unique chose, dit-il, que l'argent seul ne peut pas faire.

Les hommes, depuis quelques années, sont devenus jaloux d'avoir une belle figure, et ils font tout pour ne pas paraître laids. Ils se coiffent plus simplement, et mieux qu'il y a quinze

ans.

Point de maisons assez riches à Paris pour donner à dîner et à souper. La robe dîne et la finance soupe. Les seigneurs ne dinent qu'à trois heures et demie.

Nos repas sont un peu tristes: on ne boit plus; on change d'assiettes sans les salir; on médit tout bas, à sa gauche, de celui qui est à sa droite; une certaine dignité froide a remplacé la gaieté que le vin inspirait jadis.

Celui qui tient une bonne table a du moins l'avantage que l'on ne passe point sous silence ses qualités; et, s'il a des talents, ils ne resteront pas sans prôneurs.

Les riches ont de l'argent pour les superfluités, et ils n'en ont point pour obliger.

C'est un militaire, dit-on, qui a inventé une dormeuse, pour courir la poste entre deux draps.

On donne des pensions sur les jeux à des femmes de qualité, et les vicilles tiennent le tripot.

Nos jeunes seigneurs ont dans leur bibliothèque Montaigne et Montesquieu, mais les volumes en sont encore vierges.

L'art de parler remplace l'éloquence, et cela est bien différent.

Tout se fait par intrigue; les moindres places ne s'accordent que par des détours. On ne voit que soi et ses créatures; on abîme un honnête adversaire ou pour n'en avoir pas le démenti, ou pour s'acquitter, en mettant de la protection à la p'ace de l'argent.

L'homme qui peut dire mon orangerie croit qu'il n'y a plus rien à ajouter à un mot aussi sublime.

Telle femme dit qu'elle aimerait mieux être enterrée à SaintSulpice que de vivre en province.

Divin, détestable, mots encore ordinaires aux critiques, malgré le ridicule versé à pleines mains sur ce ton tranchant.

On avoue néanmoins, assez généralement, qu'il n'y a rien de si stérile et de si superflu que d'analyser les arts de pur sentiment.

Les gens du monde ont fait dans la langue une langue nouvelle; on n'a pas tort de dire qu'elle est élégante, mais inexpressive et sans couleur.

La secte des puristes a régné pendant deux ou trois années; elle tombe aujourd'hui : ces éplucheurs de mots s'estimaient des personnages rares, parce qu'ils possédaient assez bien la grammaire.

Avec des nourrices, des gouvernantes, des précepteurs, des colléges et des couvents, certaines femmes ne s'aperçoivent presque pas qu'elles sont mères.

On déclame toujours contre les financiers, et moi tout le premier. Ils ont tant fait de mal, a dit quelqu'un, que ceux d'aujourd'hui, qui en font moins, payent pour leurs devanciers.

Les bourgeois n'ont pas encore de cuisiniers, mais cela viendra.

Combien de dupeurs d'oreilles, et combien tous les jours d'oreilles dupées!

C'est la manie des grands de regarder ceux qui les abordent des pieds à la tête, ce qui s'appelle toiser. Il est facile à celui que cela choque de les toiser à son tour.

Le toupet et sa formation sont une étude pour le petit-maître qui veut trouver son front admirablement développé, toutes les fois qu'il interroge un miroir. Le perruquier capable d'arrondir son toupet d'une manière qu'il lui plaise est un homme pré: cieux.

Mais il y a cent mille hommes, sans aucune espèce de tâche, qui regardent tout travail comme roturier, et qui l'abandonnent au vulgaire avec dédain. Il faut bien qu'ils s'occupent de ces choses importantes.

Un jeune homme dort fastueusement sous un ciel de glaces, pour y contempler à son aise, et dès qu'il ouvrira la paupière, sa figure efféminée.

Le valet de chambre ne porte point de livrée, se borne à accommoder son maître, a soin de la garde-robe, et le sert à table.

Les tracasseries sont moins fréquentes à Paris que partout ailleurs.

Au banquet fastueux des grands et des riches il n'est pas rare de voir des femmes ne boire que de l'eau, ne point toucher à vingt mets délicats, bâiller, se plaindre de leur estomac, et des hommes les imiter en dédaignant le vin par air, et pour afficher le bon ton.

Il n'y a qu'à Paris où les femmes de soixante ans se parent encore comme à vingt et offrent un visage fardé, moucheté, enfin, une tête fontangée.

Personne ne lit plus pour apprendre; on ne lit que pour critiquer.

On recommence à parler de son fief. Quant au cheval de race, l'expression en devient surannée.

On a beau faire des traités de morale; un drap plus ou moins fin, un galon plus ou moins large, un équipage ou un fiacre, douze valets ou un simple domestique, une crapaudine de quinze francs au doigt ou un brillant de cinq cents louis, mettront toujours une grande différence parmi les hommes. Cela est bien sot; mais les pauvres mortels jugent ainsi.

XVIII.

Promenons-nous.

Jetons un coup d'œil sur les établissements de nos aïeux: ainsi j'apprendrai l'histoire des siècles qui m'ont précédé, et chaque église, chaque monument, chaque carrefour m'offrira un trait historique et curieux. Tout ce qu'a fait le fanatisme va se représenter à ma mémoire; car les sottises antiques n'ont pas manqué de recevoir des monuments propres à les immortaliser, comme si elles avaient craint de ne point échapper à cette honteuse célébrité. On ne les aperçoit néanmoins qu'à l'aide d'une légère érudition.

On conserva jusqu'au temps de Démétrius de Phalère, c'està-dire l'espace de neuf cents années, le vaisseau que monta Thésée lorsqu'il délivra les Athéniens du tribut de Minos. A mesure que ce vaisseau vieillissait, on remplaçait les pièces pourries par des pièces d'un bois neuf, de sorte que l'on disputa dans la suite si c'était le même vaisseau, ou si c'en était un autre. La ville de Paris ressemble un peu à ce vaisseau: on a tant mis de pièces, qu'il ne reste rien de la première construction.

Je songe que quand je serais gentilhomme, et que je ferais remonter mon arbre généalogique jusqu'au temps de Marcomir et de Pharamond, ce qui rendrait si fier un autre ne m'enorgueillirait pas un instant; car je ne prouverais autre chose, si

« PreviousContinue »