Page images
PDF
EPUB

Toutes ces froides embrassades, images imparfaites d'une faveur précieuse, quand le cœur la donne et la reçoit, devraient être à jamais supprimées. On dirait que le Parisien est très-chaud en amitié; et presque toujours l'homme qu'il embrasse avec tant de zèle, n'est ni ne peut être son ami.

CXIII.

Hôtel de Bretonvilliers.

On ne saurait passer devant cet hôtel sans un petit frissonnement, car c'est là que les fermiers généraux ont placé leur antre. Là ils étudient l'art de donner au pressoir du sang du peuple une force plus comprimante. Là tous les projets qui peuvent charger les peuples sont bien accueillis. Un Extendeur devient pour ces cyclopes un grand homme que l'on cite et que l'on récompense. Là enfin sont les bureaux des Aides pour les entrées de Paris et du plat pays. C'est aussi là sans doute que les fermiers généraux ont approuvé le plan de cette muraille, monument scandaleux, car des palais érigés pour les commis du fisc, quel emploi pour l'architecture! Jamais les Visigoths n'ont rien imaginé de plus monstrueux. L'impôt déjà si insolent, a bâti avec orgueil des édifices plus insolents encore. Les soldats d'Attila ravageant le pays, offrent une image moins révoltante que la plume de ces commis, qui retranchés derrière des colonnes corinthiennes, tendent des mains avilies pleines des contributions et des larmes du peuple.

Cette muraille s'allonge, se développe, et dans sa fastueuse inutilité, va ceindre outrageusement la ville entière; et les quatre hôpitaux, jugés si nécessaires, ne figurent encore que sur le papier! La charité bienfaisante avait offert plus de deux millions, et on la refroidit en ne donnant pas au public la joie de voir quelques pierres s'élever sur le sol que le regard des anges aurait caressé du haut des cieux !

J'ai remarqué dans ces bureaux d'oppression un tableau rcprésentant la charité, non loin la continence de Scipion; est-ce unc ironie, est-ce une insulte? La charité au milieu du bureau des aides!

Le directeur général des aides et entrées de Paris ne manque point de sortir fréquemment de la ville pour voir s'il sera fouillé exactement; il s'amuse à passer de la contrebande, puis mande les commis, leur prouve leur invigilance ou leur maladresse, et les casse sans miséricorde; or, en créant dans sa minerve des plans extendeurs, il imagine en même temps l'inverse, c'est-àdire, toutes les ruses que peut inventer le désir ou le besoin de frauder les droits; il voudrait que le pape mit au rang des péchés capitaux, la contrebande, et qu'il indiquât à tous les confesseurs le refus d'absolution pour ce délit énorme. Il va au-devant des inventions ennemies de la ferme, afin qu'elles paraissent usées : il eût été le plus subtil contrebandier, s'il n'avait pas été le directeur; c'est lui qui a imaginé les tétons de fer blanc de la prétendue nourrice qu'on a emplis d'eau-de-vie, les jambes cylindriques du goutteux, récelant la contrebande, l'arbre creusé, la pierre de taille vide. D'après ces imaginations, on n'ose plus les employer, et les commis tâtent les jambes, les tétons, et ne s'arrêtent point à l'écorce. Enfin, c'est un chef de cette espèce qui a fait écrire ces petites brochures, où l'on prouve qu'il n'y a rien de si doux et de si désintéressé que la ferme générale, et que Frédéric ayant appelé dans ses États des commis dressés à l'école des fermes, c'était un hommage rendu à la beauté et à la grandeur de ce régime financier.

On vient de saisir deux cents pieds de tuyaux de fer blanc à l'aide desquels un marchand de vin passait invisiblement la liqueur vermeille sous les barrières et jusques dans les tonneaux. Quel triomphe pour la ferme! Elle l'a rendu public par trois mille affiches qui annonçaient la confiscation des tuyaux de fer blanc, et l'amende de six mille livres; les commis réjouissent leurs regards en la lisant et en la commentant, ils

semblent l'indiquer du doigt et de l'oeil à tous les passants.

Eh! on en est venu aujourd'hui jusqu'à absoudre les traitants; on les plaint, on les justifie. Les pauvres gens (dit-on), ils ne gagnent que la moitié de ce qu'ils gagnaient. Mais ce qui est plus étonnant que ce discours, c'est qu'ils sont parvenus, je ne sais comment, à répandre ces idées dans le peuple.

CXIV.

Beaux parleurs.

Madame du Deffend, aveugle, entrant dans une société, écoutait un de ces beaux parleurs que l'on cite, et qui vont répétant dans vingt maisons absolument le même thème : Quel est ce mauvais livre, dit-elle, qu'on lit ici? c'était un M. Rivavol qui parlait.

Tel, comme lui, apprend le matin ses conversations du soir; tel s'entend avec une espèce de compère qui fait venir un sujet dont le bou mot est tout préparé dans la bouche de l'autre ; tel enfin entendant un trait heureux, sort vite, prend un fiacre, et va le colporter comme de son cru, à l'extrémité de la ville.

Le parlage est en grand honneur chez les hommes médiocres, mais le plus habile est toujours celui qui a lu les bulletins et qui en a fait un extrait; et vous voyez au bout de trois jours qu'il a de la mémoire, et rien de plus.

Les hommes qui ont le sentiment profond, n'ont pas le loisir de parler beaucoup; ils se recueillent, ils écoutent, mais peu de gens savent écouter : il y en a un plus grand nombre qui ne savent que précipiter la conversation; ils ne seront jamais que de très-mauvais contemplatifs.

Il ne faut point ranger parmi les beaux parleurs, ces hommes doués d'une imagination puissante, qui s'abandonnent à des récits pleins d'intérêts enfantés sur-le-champ, et qui s'exercent

de cette manière à des compositions vastes et touchantes. Tel était l'abbé Prévost; il tenait ses auditeurs jusqu'à quatre heures du matin suspendus entre l'attention et la crainte de l'interrompre. Ses confrères Bénédictins oubliaient la règle et pleuraient autour de lui.

Tel était encore Diderot; Diderot parlait comme les belles pages de l'Émile ou de l'Héloïse, et cependant il ne les à pas faites; mais je suis très-certain, que quand Rousseau écrivait, il avait toujours présent à l'esprit l'homme éloquent et rapide si éminemment doué du talent d'inspiration, et dont il était impossible de ne pas retenir l'accent et de ne pas prendre un peu la physionomie, lorsqu'on s'était trouvé à la source de ce beau fleuve, presque toujours égal en pureté, en force, en grâce et en majesté. Jamais le trait satyrique ou méchant ne se mêlait à cette éloquence qui tirait toute sa force d'elle-même.

C'était Diderot qu'il aurait fallu entendre au Lycée ! J'ai souvent entendu Diderot et Rouelle. Qui n'a pas entendu Diderot et Rouelle, ne connaît pas l'empire de l'élocution ni la force entraînante de l'enthousiasme; il ne sait pas ce qu'un homme obtient sur un autre. De tous les hommes que j'ai entendus dans ma vie, les plus éloquents furent Rouelle et Diderot. J'ai écouté Diderot des heures entières, et il parlait pour moi seul.

Quand Rouelle parlait, il inspirait, il foudroyait; il me fit aimer un art dont je n'avais pas la moindre idée; Rouelle m'éclaira, me subjugua; c'est lui qui m'a rendu partisan de cette science qui doit régénérer tous les arts l'un après l'autre, et depuis ce temps la chimie m'inspire de la vénération; sans Rouelle, je n'aurais su voir au-delà du mortier de l'apothicaire.

[ocr errors]

CXV.

Cercle.

Ou plutôt demi cercle. Je me suis trouvé dans un cercle composé de dix-huit personnages; je vais m'amuser à les peindre.

Le premier il est friand et vermeil, prend soin de son teint; il dit que Racine est supérieur à Corneille, et après avoir prononcé cette belle phrase, il se croit en état de juger la littérature entière, et de dire que tout dépérit; il pourrait prendre l'inverse, il ne saurait pas mieux ce qu'il dirait.

Le deuxième c'est une femme de vingt-six ans qui parle de l'aisance qu'on doit avoir dans le monde, et qui est maniérée; elle dit avoir des vapeurs, parce que souvent elle rougit sans le vouloir.

Le troisième prieur qui prêche quelquefois; il est tout étonné qu'on ne connaisse pas ses sermons, et, pour s'en venger, il affecte de méconnaître tout ce qui se fait de nouveau.

Le quatrième demoiselle âgée de vingt-sept ans, de son aveu; elle trouve que le siècle est horriblement dépravé; qu'il n'y a plus d'homme au monde fait pour être son époux; elle condamne le célibat, et n'approuve point le mariage; il paraît qu'elle cherche un régime qui tienne lieu de l'un et de l'autre.

Le cinquième militaire qui se tient droit, qui vous regarde fixement, qui ne vous dit mot; il semble vouloir vous faire entendre qu'un militaire est dispensé de tout, quand il daigne avoir pour ses voisins un peu d'égard et de politesse.

Le sixième : baronne âgée de trente-quatre ans, de son aveu; elle parle de son château, de sa terre, de ses vassaux, et si elle ne va jamais à l'Opéra, c'est qu'elle est à peu près sourde; elle a cela de raisonnable, qu'elle ne parle point de musique, quoiqu'elle sache par cœur tous les mots nécessaires pour en mal parler.

« PreviousContinue »