Page images
PDF
EPUB

royaume, dépeuple les campagnes, ruine l'agriculture, cache une multitude de bandils et d'artisans inutiles, corrompt les meurs de proche en proche, recule l'époque d'un gouvernement formidable à l'étranger plus libre et plus heureux; si tous les ordres de l'Etat, dis-je, tout vu et considéré, ordonnaient qu'on mît le seu aux quatre coins de Paris, après avoir préalablement averti les habitants une année d'avance... quel serait le résultat de ce grand sacrifice fait à la patrie et aux générations futures? Serait-ce là en effet un service rendu aux provinces et au royaume ? Je vous laisse à examiner et à décider cet intéressant problème, lecteur; et notez bien que dans cet embrasement je comprends Versailles, qui n'est qu'un appendice de la monstrueuse ville; car Versailles n'existe que par Paris, comme Paris semble n'exister que pour Versailles,

Allons, évertuez-vous, mon cher lecteur, je ne vous dirai pas mon mot aujourd'hui; je m'en donnerai bien de garde : avec de bons yeux, tels que les vôtres, on voit des choses que d'autres n'ont point vues, ou qu'ils ont mal vues, ce qui revient au même.

Et vous, mes chers Parisiens, consentirez-vous à être brûlés, j'entends seulement vos maisons et vos édifices ? Mais ne sachant pas combien je vous chéris, vous me condamnez moimême au bûcher, sur cette simple supposition..... Allons, appelez tous les seaux, toutes les por es de la ville, pour éteindre ce furieux incendie : il n'y a plus que de la fumée. Bon! vous voilà sûrs de vos maisons à huit étages. Mangeons du pain de Gonesse, comme par le passé, et vogue la galère !

FIN.

« PreviousContinue »