Page images
PDF
EPUB

beauté et de la vertu. Cette idée non encore approfondie, ainsi qu'elle le mériterait, pourrait être la matière d'un

ouvrage

réfléchi. Quelqu'éloignée qu'elle soit de nos meurs et de nos lois, comme tout doit être surbordonné peu à peu à la vérité et à la

à raison, il viendra un siècle où l'on sentira la nécessité de cette loi pour le bon ordre domestique, l'avantage des mœurs et le repos public. Cette situation de tant de femmes qui couvrent la France et à qui il est défendu tout-à-la-fois d'être concubines et d'ètre mariées, exige un changement prompt dans les lois que le temps, les mæurs et le luxe ont si prodigieusement altérées.

CXII.

Baisers, ombrassades.

L'on embrasse très-facilement à Paris, rien de si commun que cette marque extérieure d'affection. Il y a de ces embrasseurs auxquels on ne s'attend pas, qui vous provoquent; et c'est quelquefois un homme indifférent, oublié, presqu'inconnu, qui vous serre entre ses bras au détour d'une rue.

Tantôt il y a incertitude, tantôt il y a suspension, et tantôt l'accolade se fait pleinement et de bonne grâce. Cependant on ne sait trop quand et qui l'on doit embrasser : tout cela se règle par le caprice ou l'appel. L'un sollicite une accolade que l'autre esquive ou retarde, parce qu'il n'y songeait pas ou parce qu'il a quelque chose dans l'âme, qui s'y oppose.

On s'embrasse dans les rues, dans les maisons. Parmi la bourgeoisie, on court embrasser les femmes qui s'y attendent. Une mère se présente, on la baise sur la joue, et la jeune fille n'a qu'une révérence. Une autre fois on serre bien fort la mère, pour avoir le droit de poser sa joue contre celle de sa fille.

Il est des embrasseurs impitoyables, qui épouvantent les demoiselles avec leurs baisers appuyés, tandis que l'homme dé

licat craint d'effleurer cette jeune peau; il redoute l'approche, c'est-i-dire, l'étincelle; il est trop sensible pour imiter ces museaux épais, qui vont tomber sur ces visages de roses : c'est une pierre qui tombe sur un pot de fleurs. L'homme sensible ne craint rien tant que d'embrasser une femme sur la joue en public. Il vaut mieux ne pas toucher sa main, que dis-je! le bout de sa robe, que d'avoir un témoin.

Les femmes se baisent toujours vivement en présence des hommes, mais c'est une agacerie; elles veulent montrer leur tendresse et combien elles sauraient rendre douce cette faveur. Ces baisers redoublés sont artificiels; l'eil n'est pas d'accord avec la bouche: le baiser a beau crépiter, il n'est ni abandonné ni dérobé.

Il devrait être défendu d'embrasser de jeunes enfants. Des physionomies bourgeonnées, des nez barbouillés de tabac, des barbes dures s'emparent de ces visages délicats, sans craindre de ternir le velouté d'une peau douce et fraîche. On ne porte point la main sur les meubles d'un homme, et l'on applique la bouche sur la joue de sa fille âgée de cinq ans ! Les gens qui se précipitent sur les enfants, m'ont toujours paru manquer d'une sensibilité délicate. On croit presque voir le vice qui embrasse l'innocence.

En Angleterre, les hommes ne s'embrassent point; ils se prennent la main, se la serrent, sans ôter le chapeau ni faire des courbettes, comme nous voyons dans les rues, où les deux personnages semblent jouer un rôle. Mais lorsqu'on est présenté

une femme, on la baise, non sur le visage, mais sur la bouche; c'est un vrai baiser qu'on lui donne. Une Anglaise, accoutumée à être ainsi saluée, trouverait insignifiant et même insultant le salut de l'étranger, qui se contenterait de poser sa joue contre la sienne.

Le premier jour de l'an est marqué chez nous pour tous ces baisers d'usage et d'étiquelte. Que de caresses on se fait en public ce jour-là ! Mais voyez ces embrasseurs : plus ils étendent les bras, moins ils sentent.

Toutes ces froides embrassades, images imparfaites d'une faveur précieuse, quand le cæur la donne et la reçoit, devraient être à jamais supprimées. On dirait que le Parisien est très-chaud en amitié; et presque toujours l'homme qu'il embrasse avec tant de zèle, n'est ni ne peut être son ami.

CXIII.

Hôtel de Bretonvilliers.

On ne saurait passer devant cet hôtel sans un petit frissonnement, car c'est là que les fermiers généraux ont placé leur antre. Là ils étudient l'art de donner au pressoir du sang du peuple une force plus comprimante. Là tous les projets qui peuvent charger les peuples sont bien accueillis. Un Extendeur devient pour ces cyclopes un grand homme que l'on cite et que l'on récompense. Là enfin sont les bureaux des Aides pour les entrées de Paris et du plat pays. C'est aussi là sans doute que les 'fermiers généraux ont approuvé le plan de cette muraille, monument scandaleux, car des palais érigés pour les commis du fisc, quel emploi pour l'architecture ! Jamais les Visigoths n'ont rien imaginé de plus monstrueux. L'impôt déjà si insolent, a bâti avec orgueil des édifices plus insolents encore. Les soldats d'Attila ravageant le pays, offrent une image moins révoltante que la plume de ces commis, qui retranchés derrière des colonnes corinthiennes, tendent des mains avilies pleines des contributions et des larmes du peuple.

Cette muraille s'allonge, se développe, et dans sa fastueuse inutilité, va ceindre outrageusement la ville entière; et les quatre hôpitaux, jugés si nécessaires, ne figurent encore que sur le papier ! La charité bienfaisante avait offert plus de deux millions, et on la refroidit en ne donnant pas au public la joie de voir quelques pierres s'élever sur le sol que le regard des anges aurait caressé du haut des cieux !

J'ai remarqué dans ces bureaux d'oppression un tableau représentant la charité, non loin la continence de Scipion ; est-ce me ironie, est-ce une insulte ? La charité au milieu du bureau des aides !

Le directeur général des aides et entrées de Paris ne manque point de sortir fréquemment de la ville pour voir s'il sera fouillé exactement; il s'amuse à passer de la contrebande, puis mande les commis, leur prouve leur invigilance ou leur maladresse, et les casse sans miséricorde; or, en créant dans sa minerve des plans extendeurs, il imagine en même temps l'inverse, c'est-àdire, toutes les ruses que peut inventer le désir ou le besoin de frauder les droits ; il voudrait que le pape mit au rang des péchés capitaux, la contrebande, et qu'il indiquât à tous les confesseurs le refus d'absolution pour ce délit énorme. Il va au-devant des inventions ennemies de la ferme, afin qu'elles paraissent usées : il eût été le plus subtil contrebandier, s'il n'avait pas été le directeur; c'est lui qui a imaginé les tétons de fer blanc de la prétendue nourrice qu’on a emplis d'eau-de-vie, les jambes cylindriques du goutteux, récelant la contrebande, l'arbre creusé, la pierre de taille vide. D'après ces imaginations, on n'ose plus les employer, et les commis tâtent les jambes, les tétons, et ne s'arrêtent point à l'écorce. Enfin, c'est un chef de cette espèce qui a fait écrire ces petites brochures, où l'on prouve qu'il n'y a rien de si doux et de si désintéressé que la ferme générale, et que Frédéric ayant appelé dans ses États des commis dressés à l'école des fermes, c'était un hommage rendu à la beauté et à la grandeur de ce régime financier.

On vient de saisir deux cents pieds de tuyaux de fer blanc à l'aide desquels un marchand de vin passait invisiblement la liqueur vermeille sous les barrières et jusques dans les tonneaux. Quel triomphe pour la ferme ! Elle l'a rendu public par trois mille affiches qui annonçaient la confiscation des tuyaux de fer blanc, et l'amende de six mille livres; les commis réjouissent leurs regards en la lisant et en la commentant, ils

semblent l'indiquer du doigt et de l'æil à tous les passants.

Eh! on en est venu aujourd'hui jusqu'à absoudre les traitants; on les plaint, on les justifie. Les pauvres gens (dit-on), ils ne gagnent que la moitié de ce qu'ils gagnaient. Mais ce qui est plus étonnant que ce discours, c'est qu'ils sont parvenus, je ne sais comment, à répandre ces idées dans le peuple.

CXIV.

Beaux parleurs.

Madame du Deffend, aveugle, entrant dans une société, écoutait un de ces beaux parleurs que l'on cite, et qui vont répétant dans vingt maisons absolument le même thème : Quel est ce mauvais livre, dit-elle, qu'on lit ici ? c'était un M. Rivavol qui parlait.

Tel, comme lui, apprend le matin ses conversations du soir; tel s'entend avec une espèce de compère qui fait venir un sujet dont le bou mot est tout préparé dans la bouche de l'autre; tel enfin entendant un trait heureux, sort vite, prend un fiacre, et va le colporter comme de son cru, à l'extrémité de la ville.

Le parlage est en grand honneur chez les hommes médiocres, mais le plus habile est toujours celui qui a lu les bulletins et qui en a fait un extrait; et vous voyez au bout de trois jours qu'il a de la mémoire, et rien de plus.

Les hommes qui ont le sentiment profond, n'ont pas le loisir de parler beaucoup; ils se recueillent, ils écoutent, mais peu de gens savent écouter : il y en a un plus grand nombre qui ne savent que précipiter la conversation; ils ne seront jamais que de très-mauvais contemplatifs.

Il ne faut point ranger parmi les beaux parleurs, ces hommes doués d'une imagination puissante, qui s'abandonnent à des récits pleins d'intérêts enfantés sur-le-champ, et qui s'exercent

[ocr errors]
« PreviousContinue »