Page images
PDF
EPUB

ments à un autre être, et réformer son ingrate ou perverse nature.

On voit, sous les noms d'abbés, beaucoup de petits hussards, sans rabat ni calotte, avec un petit habit à la prussienne, des boutons d'or, et chapeau sous le bras, étaler une frisure impertinente et des airs efféminés. Piliers de spectacles et de cafés, ou mauvais compilateurs de futiles brochures, ou faiseurs d'extraits satiriques, on se demande comment ils appartiennent à l'Église; car on ne devrait appeler ecclésiastiques que ceux qui servent les autels. Ils n'en usurpent pas moins ce nom, parce que de temps en temps ils en portent l'habit.

Au grand scandale de la religion, tout cela se souffre; et pourquoi? Je n'en sais rien. Prend l'habit qui veut, et même sans tonsure.

On ne leur permettait pas, il y a vingt-cinq ans, d'aller voir des Laïs; la courtisane qui les dénonçait au commissaire avait cinquante francs, qui lui étaient payés par *****. Cette odieuse inquisition, qui réunissait le double vice de la perfidie et du scandale, a cessé.

VII.

Évêques.

Les évêques violent facilement et sans remords la loi de la résidence, en quittant le poste qui leur est assigné par les saints canons. L'ennui les chasse de leurs diocèses, qu'ils regardent comme un exil. Ils viennent presque tous à Paris, pour y jouir de leurs richesses, et, mêlés dans la foule, y trouver cette liberté qu'ils n'ont pas dans le séjour où la bienséance les force à la gêne de la représentation.

On leur en fait un crime : mais à quoi servirait l'opulence, si elle n'ouvrait à chacun la carrière de ses goûts? Remettez-les à la fortune des apôtres, et vous les verrez sédentaires. On dira :

Comment le pasteur quitte-t-il son troupeau? Cette vieille image ne forme plus aucun sens : rien n'est d'un poids si leste que la charge pastorale. Les maîtres de la morale n'enseignent point la morale; ils bravent les anathèmes des anciens conciles, et consomment, dans l'oisiveté et les délices de la capitale, des biens qui leur ont été confiés pour le soulagement de leurs ouailles infortunées. Mais toutes ces expressions, encore un coup, sont devenues gothiques.

L'ambition, qui s'alimente par ce qu'elle a déjà obtenu, les pousse à la cour et dans les bureaux des ministres; là, ils attendent le fruit de leurs intrigues et de leurs complaisances, et ils tentent de porter sourdement la main à l'administration.

Ils travaillent incessamment derrière la tapisserie, et restent sans effroi au milieu de la nouvelle Babylone, non moins criminelle que celle qui enflamma jadis le zèle des prophètes.

Ainsi le sacerdoce a des occupations purement terrestres, et songe peu à entretenir la pure morale, et à donner l'exemple de l'infatigable charité, dite apostolique.

Dès le seizième siècle, on adressait de pareils reproches, et de plus vifs encore, aux Pères du concile de Trente. « Les « églises se plaignent qu'elles sont destituées de la présence de « leurs époux, dont plusieurs se comportent mal à leur égard, « et plutôt comme des voleurs qui ne les voient qu'en passant « pour prendre leurs biens et s'en aller, que comme des pères «<et pasteurs qui doivent demeurer avec elles pour les nourrir, << les conduire et les consoler. >>

Mais on a remarqué que les évêques qui accomplissent inviolablement la loi de la résidence (ce qui forme le petit nombre) avaient une piété minutieuse, inquiète, turbulente, toujours prête à dégénérer en fanatisme; qu'ils vexaient les habitants de leur diocèse par un zèle aveugle et inconsidéré, tandis que les autres non-résidants avaient des lumières, de la tolérance, aimaient la paix, et ne persécutaient personne: de sorte que tout le mal peut-être qui résulte de leur éloignement, c'est que l'ar

gent qui leur vient des provinces ne se consomme pas dans le sein des provinces mêmes.

Ils publient de temps en temps des mandements, ouvrages de leurs secrétaires. Le style et les idées en sont prescrits d'avance. Le meilleur mot de Piron est celui-ci : Avez-vous lu mon mandement? lui dit un évêque. — Oui, monseigneur; et vous (i)?

[ocr errors]

VIII.

Auteurs.

A Paris sont ces écrivains qui moissonnent et qui vendangent avec leur plume, qui ont dans leur écritoire toutes leurs terres et toutes leurs rentes:tels ont été les deux Corneille, leur neveu Fontenelle, Crébillon, les deux Rousseau (2), et presque tous les hommes illustres qu'a produits la France. Le plus grand des anciens poëtes a été le plus pauvre.

Profanes, à genoux! ce pauvre, c'est Homère.

On met encensoirs et cassolettes sur leurs tombeaux de leur vivant, on les laisse dans l'indigence; mais cette indigence est honorable, et ceux qui se conservent sans tache, au milieu de cet abandon général, sont les plus vertueux des hommes.

(1) Dans l'Épître sur la bonne et la mauvaise plaisanterie, cette repartie a été rimée en quatre vers par le Brun:

Un jour, certain prélat d'ignorante mémoire,

Fier d'un beau mandement dont il payait la gloire,

Aborda ce railleur si connu parmi nous:

[ocr errors]

L'avez-vous lu, Piron? Oui, monseigneur ; et vous ? »

Ce prélat était Christophe de Beaumont, auquel Jean-Jacques Rousseau adressa sa fameuse lettre à propos de l'Émile, anathématisé par un mandement de cet archevêque de Paris. (Note de l'éditeur.)

(2) Il y a un troisième Rousseau fort riche; il n'a fait ni Émile, ni l'Ode à la For. tune il fait exploiter un journal à son profit; il a gagné beaucoup d'argent à ce métier. Il se nomme Pierre Rousseau. (Note de Mercier.)

Les pensions que le gouvernement accorde aux gens de lettres ne se donnent ni aux plus pauvres, ni à ceux qui ont le plus utilement travaillé les plus souples, les plus intrigants, les plus importuns, enlèvent ce que d'autres se contentent d'avoir mérité au fond de leur cabinet.

La pauvreté de l'homme de lettres est à coup sûr un titre de vertu, et une preuve du moins qu'il n'a jamais avili ni sa personne ni sa plume. Ceux qui ont sollicité et obtenu des pensions n'en peuvent pas dire autant devant leur conscience leurs écrits peuvent être irréprochables; mais leur conduite ne l'a pas toujours été.

Brébeuf a dit :

Si les cieux m'étaient favorables,

Et le destin moins rigoureux,

Je voudrais faire des heureux

Où je verrais des misérables.

Ce seraient mes plus doux plaisirs

De prévenir jusqu'aux désirs

De ceux où brille un haut mérite;
J'en ferais ma félicité;

Et souvent mon esprit s'irrite
De les voir dans l'adversité.

:

Ah! si les gens de lettres riches venaient au secours des gens de lettres pauvres!..... le beau rêve! Plusieurs ont dû leur élévation à la culture des lettres, aux avis des gens de lettres, à la recommandation des gens de lettres; et, une fois dans les hautes places, ils ont oublié leurs amis, leurs confrères, leurs bienfaiteurs.

Les gens de lettres emploient ordinairement la matinée au travail, et ils ont tort: la composition du soir a beaucoup plus de feu; mais les spectacles et les dissipations journalières tuent le génie, et l'empêchent de suivre de grands travaux.

Un défaut assez commun aux gens d'esprit de la capitale, c'est de ne pas s'occuper assez de celui des autres; c'est de ne pas faire attention à la réflexion lente de tel homme modeste

et simple, qui, n'ayant pas la langue agile et souple, a tardé quelquefois à donner son aperçu; c'est encore de n'être pas assez indulgents, et de placer le mérite unique dans la facture d'un livre; c'est enfin de ne pas savoir écouter: mais l'homme qui écoute à Paris est un être très-rare.

C'est par les gens de lettres que l'esprit de la capitale est devenu diamétralement opposé à l'esprit de la cour: le premier, cherchant à rétablir les droits de l'homme, ne veut plus laisser qu'un faible empire à l'opinion des grands, qui jadis humiliaient le peuple en tous sens; les gens de lettres font aujourd'hui tous leurs efforts pour rabaisser la vanité des titres à son néant réel, et pour élever à leur place les travaux utiles et recommandables de l'homme célèbre en tout genre. Maîtres de l'opinion, ils en font une arme offensive et défensive. Aussi la guerre la plus vive est-elle déclarée entre les gens de lettres et les grands; mais ceux-ci, à coup sûr, perdront la bataille.

On a attribué à la liberté d'écrire les vices que le luxe a enfantés, tandis que les écrivains ont combattu de toutes leurs forces les excessifs abus du pouvoir. On a voulu les rendre responsables des mœurs des grands, qui ne se lisent point, ou qui sont ennemis nés des écrivains. On a voulu rejeter sur eux tous les désastres qu'ils avaient, pour ainsi dire, prévus et annoncés, et auxquels ils s'étaient opposés. Leurs adversaires ne se sont jamais piqués de logique.

La ruine de la morale a pris naissance dans les cours et non dans les livres. Le crime des gens de lettres est d'avoir répandu la lumière sur cette foule de délits qui voulaient s'envelopper de ténèbres. Les puissants n'ont pas vu, sans frémir, tous ces secrets honteux, à jamais dévoilés; ils ont détesté le flambeau, et celui qui le portait.

On connaît le mot de Duclos: Les brigands n'aiment point les réverbères. La nation elle-même ne fait pas tout ce qu'elle doit aux gens de lettres. Quoique peu unis entre eux, ils sont d'accord sur les principes essentiels. Ils flétrissent tous les suppôts

« PreviousContinue »