Page images
PDF
EPUB

Monseigneur à toujours le petit mot pour rire, répondit le praticien.

Quelques procureurs roulent carrosse, et tirent de leur greffe quarante à cinquante mille francs par an. Les avocats les courtisent assidument, pour avoir des causes; Ils font le soir la partie de madame en cheveux longs, et l'ensencent de tout leur pouvoir, afin que le choix tombe sur eux pour les pièces d'écritures, partie lucrative, chère à l'ordre, et qui mérite bien qu'on déroge un peu à l'art de l'orateur et que l'on ménage les bonnes grâces de la femme du praticien.

C'est toujours lui qui choisit l'avocat. Le plaideur ne connaît que la boutique du procureur: et comme il faut commencer par l'assignation, le praticien est nécessairement l'agent de toute la procédure : aussi les avocats sont-ils plus souples et plus dociles devant les procureurs, que l'apothicaire ne l'est devant un docteur de la faculté.

Il faut passer par les longues épreuves de la cléricature, pour être habile à posséder une charge; il faut monter lentement la pénible échelle. Ce triste noviciat est de huit à dix années. Ainsi les procureurs ont des clercs à bon marché ; le maître clerc lui même, limonier de l'étude, n'a que de faibles gages; les autres clercs barbouillent le papier du matin au soir pour leur pauvre nourriture. Ils vivent d'espérance, logent dans les mansardes, en attendant une charge vacante.

Les plus adroits, dans les petites études, tâchent d'intéresser la procureuse, afin d'adoucir la rigueur de leur joug; mais dans les grandes, madame ne saurait se résoudre à manger avec des clercs.

Elle oublie que son mari n'est qu'un ancien clerc qui vient d'acheter une charge. Le nigaud approuve le noble orgueil de sa femme, son panache, ses polonaises, ses femmes de chambre, ses tons, ses airs. Il ne veut plus communiquer qu'avec les amis de madame, parce qu'ils lui ont promis une riche clientelle.

Les huissiers, qui marchent à la suite des procureurs, ne sont pas moins redoutables et plus ardents encore à la curée. Quand une fois la brèche est ouverte, alors ils montent à l'assaut, et traitent une maison comme une ville livrée au pillage. Voyez le vautour acharné sur sa proie, et qui la dépèce avec son bec noir et crochu; c'est l'image de leur joie avide, quand leurs mains armées de la fatale plume, saisissent les meubles pour les porter en vente sur la place publique.

Ces mêmes huissiers qui, comme une meute dévorante, se déchaînent contre les particuliers, pour peu que la bride leur soit lâchée, n'osent porter un exploit à un membre du parlement ou à un homme en place ; c'est à qui se refusera à cet office. Quand on veut poursuivre un grand, il faut avoir rècours au procureur-général, pour obliger un simple huissier à faire son devoir.

Ainsi le bourgeois à Paris, outre ses autres fardeaux, a dans la noblesse impérieuse et hautaine une véritable aristocratie à combattre; il rencontre une ligue qui insensiblement devient plus formidable que jamais.

C'est par ces agents subalternes de la justice, et qui infectent les venues de son temple, que l'on n'en approche plus qu'avec crainte et tremblememt. C'est par eux que les juges se sont trouvés aux milieu des piéges et des surprises et que la longueur des affaires à fait renoncer aux meilleurs droits, parce que la ruine inévitable des familles a paru devoir suivre la demande la plus légitime.

Ce fléau, que les tribunaux supérieurs ne songent pas à réprimer, dévore la partie indigente ; l'on a vu des hommes iniques menacer encore de la justice ceux qu'ils avaient dépouillés, s'ils n'étouffaient pour toujours leurs plaintes et leurs murmures; et les infortunés voulant conserver les débris de leur fortune, se sont tus, craignant que le monstre de la chicane ne vint leur enlever es faibles restes.

Tous ces praticiens ont entr'eux un genre de plaisanterie qui équivoque perpétuellement sur les mots de leur profession. Il n'y a rien de plus gothique et de plus maussade que les railleries des hommes d'affaires : pour être plates et grossières, elles n'en sont pas moins inhumaines; car ils plaisantent encore ceux qu'ils ont vexés et rongés.

Ce n'est pas que l'improbité soit attachée à la profession : quelques procureurs honnêtes ne présentent pas sans cesse la justice à leurs parties, pour ne leur en faire embrasser que l'ombre. Ils emploient leur habileté à sauver leurs clients d'un dédale d'erreurs et d'un embrasement funeste. Plusieurs ennoblissent leur profession par la vertu qui les orne toutes ; ils servent de modèle aux autres, et ils méritent l'estime et la confiance du public : mais on peut dire d'eux aussi :

Apparent rari Dantes in gurgite vasto.

Ces communautés de procureurs sont liées au parlement d'une manière forte étroite. Elles en suivent les mouvements, et en épousent les idées avec la plus grande chaleur.

LXXVII.

La bazoche.

C'est une communauté de clercs qui jugent entre eux de leurs différends. Autrefois il y avait le roi de la bazoche, maître du royaume de la bazoche, et qui établissait des juridictions bazochiales; mais attendu que le nombre des clercs allait à près de dix mille, Henri III révoqua le titre de roi. Il était bien peureux, dira-t-on; mais souvent les hommes se sont laissé conduire par des mots, et plus loin qu'ils n'auraient d'abord imaginé.

Les armoiries de la bazoche sont trois écritoires (1). Oh ! quel fleuve dévorant, semblables aux noires eaux du Styx, sort de ces armes parlantes, pour tout brûler et consumer sur son pas

(1) Il existe une vieille ronde de la bazoche, qui n'avait pas moins de quarante sage! Quoi, Montesquieu , Rousseau, Voltaire et Buffon ont aussi trempé leur plume dans une écritoire ! Et l'huissier exploitant et l'écrivain lumineux se servent chaque jour du même instrument !

LXXVIII.

Théâtre bourgeois.

Amusement fort répandu, qui forme la mémoire, développe le maintien, apprend à parler, meuble la tête de beaux vers, et qui suppose quelques études. Ce passe-temps vaut mieux

que la fréquentation du café, l'insipide jeu de cartes et l'oisiveté absolue.

On pense bien que ces acteurs, qui représentent pour leur propre divertissement, ne sont pas assez formés pour satisfaire l'homme de goût; mais en fait de plaisir, qui raffine à tort. Pour moi, j'ai remarqué que la pièce que je connaissais devenait toujours nouvelle, lorsque les acteurs m'étaient nouveaux. Je ne sais rien de plus fastidieux que d'assister à une troisième et quatrième représentation par les mêmes comédiens.

Je n'ignore pas qu'on y déchire sans miséricorde les chefs

1

couplets, et qu'on voudrait faire remonter à la bataille de Pavie. Voici l'un de ces couplets :

L'encrier, la plume et l'épée
Étaient les armes de Pompée;
La bazoche est son héritière,

Elle en est fière !
Soldat clerc , le bazochien
Est bon vivant et bon chrétien.

Vive la bazoche !
A son approche

Tout va bien ! Cet encrier, cette plume et cette épée, n'en déplaise à Mercier, sont , bien plus que trois simples écritoires, l'expression parlante de cette jeunesse turbulente et aventureuse, toujours prête à en venir aux mains, et à laquelle la jeunesse de nos écoles ne saurait être comparée.

(Note de l'Éditeur.)

a

d'æuvre des auteurs dramatiques, qu'on y estropie les airs des meilleurs compositeurs; que ces assemblées donnent lieu à des scènes plus plaisantes que celles que l'on représente : et tant mieux; le spectacteur s'amuse à la fois de la pièce et des personnages. Puis les allusions deviennent plus piquantes ; car l'histoire des actrices a la publicité de l'histoire romaine.

On joue la comédie dans un certain nde, non par amour pour elle, mais à raison des rapports que les rôles établissent. Quel amant a refusé de jouer Orosmane ! et la beauté la plus craintive s'enhardit pour le rôle de Nanine.

J'ai vu jouer la comédie à Chantilly par le prince de Condé et par madame la duchesse de Bourbon. Je leur ai trouvé une aisance, un goût, un naturel qui m'ont fait grand plaisir. Vraiment ils auraient pu être comédiens, s'ils ne fussent pas nés princes.

Le duc d'Orléans, à Saint-Assise, s'acquitte aussi très-bien de ses rôles, avec facilité et rondeur. La reine de France enfin a joué la comédie à Versailles dans ses petits appartements. N'ayant pas eu l'honneur de la voir, je n'en puis rien dire.

Ce goût est répandu depuis les plus hautes classes jusqu'aux dernières; il peut contribuer quelquefois à perfectionner l'édu

à cation, ou à en réformer une mauvaise, parce qu'il corrige tout à la fois l'accent, le maintien et l'élocution. Mais cet amusement ne convient qu'aux grandes villes, parce qu'il suppose déjà un certain luxe et des meurs peu rigides. Gardez-vous toujours des représentations théâtrales, petites et sages républiques ; craignez les spectacles : c'est un auteur dramatique qui vous le dit.

Parmi les anecdotes plaisantes que fournissent les amateurs bourgeois, dont la fureur est de jouer la tragédie, je choisirai cette historiette, que je trouve dans le Babillard.

« Un cordonnier habile à chausser le pied non de toutes « nos beautés, et renommé dans sa profession, chaussait le co« thurrie tous les dimanches. Il s'était brouillé avec le décora

[ocr errors]
« PreviousContinue »