Page images
PDF
EPUB

l'ornent de perles, de diamants, de plumes, de cordons, de rubans, de houppes, de boutons, de fleurs ; que les poëtes, dans leur langage, y attachent des astres et des comètes; qu'elles les portent rouges, verts, noirs, gris, jaunes; mais qu'elles gardent constamment le chapeau anglais : les laides y gagnent, et les belles aussi.

Nous n'avons donc plus ni chapeau pygmée, ni chapeau colossal : les dames avaient élevé ridiculement leurs coiffures au moment que les hommes avaient arboré les petits chapeaux ; aujourd'hui que les hommes en ont augmenté et arrondi le volume, les coiffures ont prodigieusement baissé.

Un poëte disait alors :

J'ai vu Chloris, j'ai vu la jeune Hélène,
De rubans de Beaulard leurs fronts étaient ornés ;

Le moule étroit de la baleine
Faisait gémir leurs corps emprisonnés.
Leurs cheveux hérissés fuyaient loin de leur tête;
Un panache orgueilleus en surmontait le faite.
Près de là j'aperçus la Vénus Médicis;

Sa taille libre et naturelle
Déployait aisément ses contours arrondis.
Tout en elle était simple et tout charmait en elle.
J'admirai tant de grâce, et tout bas je me dis :
L'art enseigne à Chloris à devenir moins belle.

Hommes et femmes se coiffent beaucoup mieux. Si nous sommes dans une voiture, il nous est permis du moins d'enfoncer la tête dans le coin du carrosse, et nous ne risquons pas d'éborgner notre voisin avec les pointes de notre ancien triangle.

C'est toujours celui-là qu'on porte sous le bras lorsqu'on est habillé: mais on ne s'habille plus qu'une ou deux fois la semaine, les jours de grandes visites. On voit les gens comme il faut, à l'heure même du spectacle, le chapeau sur la tête.

Le dernier caprice, je crois, est le meilleur; il a influé sur la couleur. Les chapeaux ne sont plus noirs ; on les porte blancs, comme font les carmes et les feuillants depuis plus d'un siècle, ct surtout en été; le soleil échauffe moins la tête. L'oeil, qui

s'étonne d'abord, s'accoutume à tout : on porterait des chapeaux rouges et bleus, vert-pomme et lilas, qu'on s'y ferait : chacun arborerait sa couleur favorite. Ce serait un nouveau coup d'ail.

On commence par condamner les nouvelles modes; chacun se récrie sur la folie changeante : au bout d'un mois, elle est adoptée par ses plus violents contradicteurs; et tel qui la fronde aujourd'hui, prendra demain les idées qu'il avait combattues.

Puisque c'est à nous à inonder la terre de nouveaux bonnets, jouissons de notre génie inventif ; plaçons nos chapeaux d'hommes sur les têtes suissesses et hollandaises. Continuons de donner toujours la loi prédominante des coiffures. Toutes les femmes ont pris nos chapeaux : il s'agit de les faire adopter définitivement à Vienne, à Berlin et à Pétersbourg. Et qui sait si nous n'étendrons pas encore plus loin, en triomphateurs heureux, nos illustres conquêtes ?

LIV.

Hauteur des panaches.

Il n'y a pas longtemps que les hautes coiffures, les plumes, panaches, etc., étaient sur toutes les têtes de femmes. Et au spectacle une rangée de femmes, placées à l'orchestre, bouchait la vue à tout un parterre; la même chose à l'amphithéâtre et dans les loges. C'était un vrai désespoir pour les spectateurs : on murmurait tout haut; mais les femmes en riaient, et la politesse parisienne se contentait de gronder, mais n'allait point au delà.

Il n'y eut qu'un seul homme, Suisse de nation et fort impatienté, qui, tirant une paire de ciscaux, fit mine, dans une loge, de vouloir couper l'excédent qui l'empêchait de voir : alors, pour s'y soustraire, la dame fut obligée de se mettre derrière et de laisser passer à sa place l'homme, qui y consentit très-bien. Ce n'est donc plus le temps où le parterre criait place aux dames! et où l'ou ne pouvait être sûr d'avoir une place au spectacle tant qu'il pouvait y arriver une femme, fût-elle douairière ou borgne. Autrefois l'on ne pouvait voir, aujourd'hui l'on ne saurait entendre ; le caquet de ces femmes à panache ne discontinue pas pendant toute la pièce. On entend sortir des petites loges des voix bruyantes, des éclats de rire : c'est un babil qui oblige celui qui veut entendre d'aller ailleurs. On en fait la remarque tout haut; les causeuses l'entendent très-bien; elles se taisent et puis recommencent de plus belle trois minutes après. Elles sentent que la colère des hommes se bornera à quelque réflexion maligne et qui tournera même à leur avantage : car, pendant la petite diatribe, on les considère, et le grondeur désarmé finit par rire le premier de son accès de mauvaise humenr. Oh! les femmes, à Paris, ne redoutent, dans aucune circonstance, le courroux des hommes !

LV.

Noces.

Que celui qui a vu une noce champêtre, le couple du hameau qui s'avance vers l'église, les doigts amoureusement entrelacés, portant dans leurs regards le désir ingénu; les parents qui les suivent au même autel où ils se sont mariés; les garçons de la fête en habits du dimanche, les rubans au chapeau, le bouquet au côté; les filles en blanc corset, regardant, ce jour-là, leur amant avec plus d'assurance; et le violon un peu aigre, mais qui conduit gaiement la marche et ferme le cortége, ne s'attende point à trouver sous le superbe portique de nos temples ni la gaieté vive et franche ni le riant tableau de cette joie naïve, ouverte et abandonnée.

L'hymen ici se célèbre à grands frais : on ne marche point sur la pelouse, le long des haies fleuries, pour arriver à l'autel du bonheur. On s'enferme dans des carrosses à glaces; on est chargé d'atours : les coiffeurs ont occupé toute la matinée ; on s'observe tristement; le cérémonial règle tous les pas; et le couple opulent, sous des habits d'or, porte déjà sur son front

l'ennui qui doit les accompagner le reste de leurs jours. La villageoise aimait de bonne foi avant de sceller la foi promise devant le curé rustique; et la Parisienne, recevant le riche anneau, jure, avant d'aimer, qu'elle aimera toujours.

Le festin du village offre la même différence. Où est le rire ingénu, la table dressée sur l'herbe, la joie de la parenté, le broc de vin toujours rempli, le veau entier dépecé et rôti? Où sont les danses vives et les mouvements vrais de l'allégresse ? Où les vieillards paraissent-ils en cheveux blancs, essuyant leurs yeux humides de larmes de tendresse? Où lit-on l'attente du plaisir dans les regards furtifs de la jeune mariée ? Où l'époux paraît-il petulant et impatient de voir luire l'étoile du soir ? Où le lendemain l'épouse un peu pâle paraît-elle confuse et heureuse, étonnée et triomphante? Ce n'est point à la ville.

Une assemblée de parents à moitié divisés, qui ne se sont pas vus depuis longtemps, qui ne se reverront guère passé ce jour cérémonieux; des vieillards qui dissimulent leur caducité; l'étalage des étoffes, des révérences compassées, des saluts mesurés, une observation maligne, des compliments froids, un maintien composé, une dignité morne et imposante : voilà comme on s'unit dans la capitale.

Il faut descendre parmi la classe des bourgeois de second ordre pour revoir quelques images des anciennes noces. Là, elles sont moins brillantes, mais il y a du mouvement et du bruit. Là, on voit des assemblées de quatre-vingts à cent personnes; et les invités, chacun à leur tour, rendent le festin aux jeunes mariés : c'est un enchaînement de repas pendant onze semaines.

Les traiteurs se plaignent lous hautement que les festins de noces deviennent de jour en jour moins fréquents, qu'on s'enfuit à la campagne pour ne point faire de banquet; ils disent que la joie tombe, que la mélancolie domine la nation, puisqu'on renonce à la bonne chère et à l'intempérance dans le jour le plus solennel de la vie, que nos aïeux célébraient tous par la plus complète ivresse que leur franchise ne redoutait pas. Les ménétriers

[ocr errors]
[ocr errors]

Vous voyez,

:

se plaignent aussi qu'on ne danse plus comme on faisait jadis.

chez ces traiteurs plaignants, des salles immenses et vides, qui n'attendent que des convives et des danseurs. Il y a place pour la table immensément longue, et pour les contredanses en rond.

Le petit peuple danse encore fort et longtemps; car il est le dernier à abandonner les coutumes joyeuses, quoique l'on cherche de toutes parts à avilir ses divertissements.

La licence des paroles règne dans toutes les noces bourgeoises. Si l'on faisait un recueil de tout ce qui s'y dit de jovial, ces plaisanteries ne seraient pas fort délicates; mais elles offriraient de l'originalité, ce que le beau monde n'a pas. Le bourgeois rit, ces jours-là, de manière à avertir tous les passants qu'il est de férie.

Un homme peu fortuné, gourmand de son naturel, et qui aimait conséquemment à faire bonne chère (ce qu'on ne fait pas sans de bonnes rentes), avait trouvé un singulier expedient pour être de noce tous les jours de sa vie : habillé en noir et fort proprement, il était assidu toute la matinée à Saint-Eustache, à Saint-Paul, à Saint-Sulpice, à Saint-Roch , enfin, dans toutes

à les grandes paroisses; et quand il voyait un mariage dont le cortége était un peu nombreux, il se mêlait parmi la foule. Certains jours, il avait à choisir; car, à la même heure on voit souvent trois ou quatre mariages de différentes classes et dans la même église.

A l'issue de la messe commence l'indispensable festin, toujours commandé d'avance, et qui se fait ordinairement chez le traiteur. Il est d'usage que les parents de chaque conjoint se réunissent à la même table, et le plus souvent ils se voient pour la première fois. Or, les parents du mari, qui l'avaient vu à la messe, croyaient notre étranger du côté de la femme, tandis que les parents de la femme le croyaient du côté du mari. Il faisait donc grande chère dans son rôle équivoque, distribuant de part et d'autre quelques légers compliments; et vous pensez bien qu'il possédait à fond le style et les propos du jour.

« PreviousContinue »