Page images
PDF
EPUB

DU

GLOSSAIRE DES PATOIS

DE LA

SUISSE ROMANDE

PUBLIÉ PAR LA

Rédaction du Glossaire.

DIXIÈME ANNÉE

1911

ZURICH

BUREAU DU GLOSSAIRE

Hofackerstrasse 44

840.4 G56b

V.10-14

12-261863

LA TRILOGIE DE LA VIE

(Suite)

maryadzo, s. m. mariage.

maryādzo (Vd, V, F), maryadzo (F Gruyère, et ailleurs), maryāzo (V, à l'Est de Sion), mèryṬdzou (Vd Vallorbe), maryado(G), maryādj (N Val-de-Ruz), maryédj (N Montagnes et Val-de-Travers), mèryedzou (N Côte-aux-Fées), märyäd jou (N Cerneux-Péquignot), märyädj (B). On entend aussi prononcer mariyadzo, etc.

1. dot; 2. union légitime d'un homme et d'une femme; 3. jeu de cartes connu sous le nom de mariage.

1. mariagium biens apportés en dot, 1227 (Mém. Doc. S. rom. VI, 172; fausse latinisation habituelle au moyen âge, voir Du Cange, Gloss., sous cette forme). Mariage = dot, XVe siècle (Mém. Doc. S. rom. 2o série, V, 231). « et luy donna des paires en mariage», 1619 (Arch. cant. vaud. Procès détachés, Glérolles). I m'an rakrè mon mariádzo D'ouna tséna dè-j-inyon, Ils m'ont augmenté ma dot D'une chaîne d'oignons (Mè nothè, chans. pop. comique, Gruy. ill. IV-V, p. 76). Txè mèrièdj i bèyəri-vo, Dita-lo, An lè bèla Margarita, quelle dot lui donnerez-vous, Dites-le, A la belle Marguerite? (Rossat, Chants pat. jur., Arch. s. trad. pop. IV, p. 161, no 68; là-dessus sont énumérées les parties de la dot). C'est de ce sens que dérive probablement l'emploi de notre mot comme lieu-dit, dont voici quelques exemples: Ouz Mariajoz, 1461, vigne à Corsier s/Lutry (Fiches Millioud), es Mariages, Epesses (ib.); aux Mariages, Vionnaz (ib.); au Mariage, Jongny, Aclens, Chatillens, Eclépens (Fiches Burnet); au Mariagoz, Corseaux (ib.).

2. Por lo bin fita, S'ti bi mariadzo, Pour le bien fêter, Ce beau mariage (début d'une chanson composée pour la fête des vignerons de 1819). Ne crayá ty que serrai on mariádzo, Yô ne manquérai pas pan, buro né fromádzo, Nous croyions tous que [ce] serait un m. où ne manquerait pas pain, beurre ni fromage (Conte du Craizu, Rec. Corbaz, p. 2). Férè on byó [krouyou] m., faire un beau [mauvais] m. (Vd.). Lou mariādzou è on.na lòtèri, tsakon rumi.n aprī son numèró, le m. est une loterie, chacun soupire après son numéro (Vd Sassel). Mòr è mariądzo brǝdon tò konvǝnan, mort et mariage annulent toute convention (Vd Leysin). Lǝ maryadzǝ è on dinā kɔ kɔmịnɣè pèr la dèsèr, ...qui commence par le dessert (Vd Ormont). Atiuta, Dorothée, t'as zu medzi du pan blian avoué di z'aulagnes, te så se cein est bon? Ouai, lè rudamein bon. Eh bin! le mariadzo, lè encô bin meillau, écoute, D., tu as mangé du pain blanc avec des noisettes, tu sais si cela est bon? Oui, c'est rudement bon. Eh bien, etc. (Lien vaud. 1901, 2). Fabrǝkå on m., faire un m. (Vd Blonay). On m. a boutsǝlyon, ...qui va mal (litt. à copeaux; ib.). Lyè maryḍdzo dè nublio, la mår vỗ mé tyè l pår, c'est un m. d'épervier, la femelle vaut mieux que le mâle (F Gruyère; chez les oiseaux de proie, le mâle est généralement plus petit que la femelle). Lǝ m. n'è på fè onkòra (F). Chè få mé dè maryddzou chu lou tsamin tyè ó mouovi, [il] se fait plus de m. sur le chemin qu'à l'église (F Châtel-St-Denis). Bon m. payǝ tò, ...paye (arrange) tout (V Champéry). Apri o maryādo on sā sèn kyé kòt i só, après le m. on sait ce que coûte le sel (V Isérables). Y a-tǝ zu dè m., y a-t-il eu des m., c'est-à-dire: le curé a-t-il publié des m. (V Bagnes)? Èl à vni ā mond fœ di märiäydj, il est venu au monde hors du m. (B). 3. Dzời u m.; jouer au << mariage » (V Champéry). Ce jeu aura contribué à faire appeler un bon ou mauvais mariage, une bonne (mauvaise) levée, « plie » : lèvāy3, plyāya (Vd Vallée de Joux).

«

Autres termes ironiques: la fã on.na bala patsə, elle fait un bon marché (occasionné par les contrats de m.; pactus pour contrat de m. se rencontre dès la Lex Alem.). La fan è la chā, la faim et la soif = mariage (G Bernex).

.

Proverbes Au mariadzo et à la moud, lou diabllo fâ tî séz-effoua, au m. et à la mort, le diable fait tous ses efforts (Dumur, Prov. Forme bernoise dans Rossat, Arch. s. trad. pop. XII, p. 267, no 214). Ce proverbe, qui se dit partout, apparaît aussi sous d'autres formes: ó mariazo è a la mò to lǝ zyèblo cha dǝtatson, tous les diables se détachent (V Mage); a la mòr è u mariédjo lo dyabo s'é mètyè, ... le diable s'en mêle (N Noiraigue). Lè maryādzo, lè partādzo gặton lè bounè mèzon les m., les partages gâtent les bonnes maisons (par la division des biens, Vd). I märyädj ā kman in djærnia: tɣin lé djrèn son fæ, èl bakan pò y anträ; èchtó k'èl son dədin, èl bakan pò rpètchi, le mariage est comme un poulailler: quand les poules sont dehors, elles frappent du bec pour y entrer; aussitôt qu'elles sont dedans, elles frappent du bec pour en ressortir (Rossat, Arch. s. trad. pop. XIII, p. 43, no 398. Dicton très répandu et quelque peu varié).

...

Korta patsa, londz atats, court marché, longue attache (Vd). Jamé on nǝ fã də mouindrə patsə k’ao moti, jamais on ne fait de moindre marché qu'à l'église (Vd). Ie vô gro mi sè bourlâ à l'otó kiè au moti, il vaut beaucoup mieux se brûler à la cuisine qu'à l'église (Lien vaud. 1904, 11). Dè bon pllan pllanta ta vegne, Dè bouna mâre prein la fellie, de bon plant etc. (Po recafâ, p. 400). L'hommo l'è d'étopa, la fénna dè rita, le mari est d'étoupe, la femme de « rite» (= première qualité de filasse; ib.). Lè fénnè, lè fau preindre pouetè. Quan san balè, vignan pouetè; quan san pouetè, restan pouetè, les femmes, [il] faut les prendre laides, etc. (ib., p. 401). On galé vesadzo ne ballie pa à medzi, un joli visage ne donne pas à manger (ib.). Avoué lè z'anchan, on medze lo pan bllan, avec les vieux [maris], etc. (ib.). Avoué la pí d'on villio, on a la pî d'on dzouveno, avec la peau d'un vieux, on a la peau d'un jeune (ib.). Lâi a pa de chouma que ne trovè son bourrisco, il n'y a pas d'ânesse qui ne trouve son âne (ib.). Totè lè mermitè l'an lau couvicllio, toutes les marmites ont leur couvercle, toute fille trouve à se marier (ib.). Lä prəmiər an.nä, s’ã béjiə-béja; lä sgond an.nä, s'a brəsiǝ-brǝsa; lä trājiǝm an.nä, s'ã bäti-bäta, la 1re année,

« PreviousContinue »