Page images
PDF
EPUB

raire, éclaircie à l'envi par de nombreux ouvrages grammaticaux et lexicographiques.

Tu tiens, m'écris-tu, à mon jugement sur Po Recafd. Sans doute que tu te rappelles le temps où je te menais par la main et que tu me récitais: « Quelle heure est-il ? Midi. Qui l'a dit? La Judith. Que fait-elle? - Des dentelles. Pour qui? Pour son petit.— Comment est-il gros? Comme un sabot », et où je me donnais la peine de te faire parler patois. La compétence, quant à notre vieux langage, je l'avais peutêtre il y a une quarantaine d'années. Je ne puis guère l'avoir accrue durant celles que j'ai passées à l'étranger. Ce que je te communique, ce sont des débris de mes souvenirs. Mais je crois que les listes suivantes d'incorrections notées au cours de mes lectures serviront à te prouver ce que j'avance.

Est-ce par ignorance que les auteurs des pièces contenues dans Po Recafa terminent par a les mots féminins suivants1:

6

agasa, bīta, poura bīta, bolondzira, boulangère', botǝnīra boutonnière', dəléza, la dèraira, sa draitā, dzalya mouchetée', dzeba cage', dzənəlyīra, faira foire', pétayə de fruita (on dit frouita), kyésa tyésa, kouaita, hâte', krouya estòma, krouya féna, krouya lènga, krouya vya, manaira, mataira, prau mataira, assez', l'épɔna naira, nosa noce', neïra = noyīra, orolya, pansa, panse', pataira, pouaira, la prəmīra né, la prəmīrā ralondzə, prəmirəmèn, tsasa, tsèraira, vergonya, la vilya, la poura vilya, vilya kotɔma, vīlya kura sotte', vilya féna, vilya feralya, vilya xlyòtsə, xlya bouna vilya preyīrə, vilya vənyə, vilya véva?

Tu sais aussi bien que moi que ces substantifs et adjectifs qui répondent à la première déclinaison latine ont e (a) comme terminaison en patois.

Est-ce par ignorance qu'ils donnent en revanche la terminaison e (ə) aux mots que voici, mots qui jadis avaient a:

[ocr errors]

6

[ocr errors]

[ocr errors]

1 Les citations aussi bien que les formes patoises qui devraient les remplacer sont transcrites d'après le système du Bulletin. On a maintenu cependant la graphie au = ao.

6

la gaula auvertə, mənā la barkə, trovave la tèra trau bãsə per tsi li, Bernə, bétorsə pour betosa, le sika k'a dau boutə dor boutafro, onna brăvə dzèn une brave personne', chétsə-mokə, on-na danchauzə, etsilə, fayə,brebis', ti stau galəbontin, on-na tòta galézə, prèndre gardə ai bolon, gardə ton fin, foin', lo gardə-robə, in gizə de, la governə, kodərə pour kodǝra, kodoura, a plyata kodərə, xlya kraminə pour kramǝna, ma kouzinə Zalinə, la laivre, le lièvre', la lèngə, onn ótra lèngə, l'etai tòta maladə, la malə tsansə, la mārkə a fu, prèndre mezoŭrə, l'avai tò rupă a mézourə per lé, la féna s'etai mesə chu lo pi d'alā lai foradzī dèn sè-z ãlyon, on·na mòsə pour mòsa, la notə, xlyau d'Orbə, balyī la parolə, peinə pour pinna, onna petitə bouata pour on-na petita bouaits, le boй dau Dzorá no lai monteran pã pipètə rien du tout', pomārdə, la portə auverta, sa Mã nə marmòte, Avri fă la pòtə, dai-z ozi de poutə rasa, s'ire remesə a plyorā, xlya ringə, min de reponsə, plyasə de la Riponne pour Ripouna, on-na tota rudə, la mindrə ruva, la prəmirə sòrtə, la tantə Nanètə, la tchīvrə, la tǝnablyə la séance', zlya tsaravoūtə, kə få, yó é-ta?, xlya tsaravoūtə de mələbaugro, verminə pour verməna, vusə pour vusa (Jorat: yusa)?

6

Jadis les mots suivants et autres pareils avaient la terminaison -o (c'est un o plus ou moins fermé; dans beaucoup d'endroits c'est ou): l'adzə pour l'adzo, Avintsə pour Avintso, chave k'on bornyə, lo dyablyə le prainye ti!, lo dyablyə de Nonfou, dyabə la mi, pas une seule miette', dyabə lo pã ̧ nullement', dyabə la pé kɔ fazan ̧ ils ne faisaient nullement la paix', dyabə lo pi, intsə pour intso, encre', lo fédzə, xlyau krouyə- %. ènfan, dai krouyə-z òmo, krouyə-z ozī, dai krouyə vəzin, le-z. ènfan san krouyə, on mandzə de roumasa, lo mindrə, mondə pour mondo, on moūlə de boū pour on moūlo ou plutôt on moūno de boū, car moūno est la forme patoise, òrdzə, lo paivrə, on to bi pridzə, proūtsə de Lozana, proutsə de sti volādzo, proûtsə dau moti - lyin dau bon Dyu, lyin de son bin - proûtsə de sa pèrda, lo rodzə a la Nanète, se pai etan plya rodzə kə lo

fu, servisə, tonèrə, lo tsankrə la mènta kɔ dyo, tsankrə de Quivra, on sé fã vīlyə.

La terminaison - a-t-elle réellement remplacé dans le parler patois l'ancien -o?

Y a-t-il un avantage quelconque à emprunter des pronoms et des adjectifs possessifs au français et à dire :

ti posiblyo! au lieu de é-ta posiblyo! qu'on pourrait bien exprimer par sèn se pau-tə?

min min-na, tin tin·na, sin sin-na: si ardzèn é bin lo min, le min, les miens', n'è pã min·na; lo tin, to sarè tin, a la tin-na, bosaton; mozai lo sın ̧il mordait le sien ', la koumouna a lo fò k'é sin, kontan kǝ l'etai la sinna, au lieu de myon myon-na, tyon tyon-na, chon chon-na;

no dou ko au lieu de noutre doū kò, to parai san no-z ami au lieu de to parai san noūtre-z ami;

à se servir de leu:

le féne bramavan; leu (eux, ils) trèzan lau sābro; ne fó pã fére komèn leu; in·n avan mé fóta tye leu; in faré bin atan tye leu; yon de leu, derai leu, devan leu avant eux, devant eux', in leu-mīmo, intre leu; intre ti leu, entre eux tous', por leu, po leu, respè por leu, su leu, tsī leu, devan tsi leu, de ver leu,

6

6

de leur côté', ya san portan dzoyau — fó l'ître mě tye leu (p. 102, en faussant la rime);

au lieu de lau, qui apparaît ailleurs :

on lau promè adī mé de buro tye de pan; lau manke rèn por ître bonirau; l'e bin lau dan, ils ont ce qu'ils méritent'; lau-z älyon, noutra pouina n'a rèn por lau tye remaufãyə; l'in·n é de xlyau parezau kə nə gānyan rèn tsĩ lau,

d'employer s'è, s'etai, fr. c'est, c'était:

sèn kǝ fā martsī lo komersɔ (la machine), ç'è on kanon de fuzi, s'è doū martsó kǝ fan sèn modă, c'è onn ovrādzo rido patè, s'etai midzò, c'etai on·na vergònyə, s'etai epouairèn de vaire lo mondo ko lai avai.

au lieu de l'é? Il suffit de rappeler le proverbe: kan l'é bon l'é prau.

De la conjugaison, on ferait mieux de n'en rien dire. Ce serait charité. Elle foisonne de formes erronées, si extraordinaires qu'elles te sont sans doute aussi peu connues qu'à moi. Mais il pourrait arriver que quelque naïf prît au sérieux les erreurs commises et nous écrivit là-dessus une dissertation. Ce n'est pas pour pour toi que je relève les bévues que voici:

Conjugaisons.

Conjugaison en -ā et conjugaison en i.

INDICATIF PRÉSENT

frema: frémo pour fraimo; eleva: elève pour elaive (3); peză: me pèze pour me paize; trovā: trovo -e -e -in -an pour trauvo -e -e -in -an; plyorā : plyoro -e -e -in -an pour plyauro -e -e

-in -an.

SUBJONCTIF PRÉSENT

gravă: grave pour graveye ou gravai; balył: balye pour balyeye ou balyai; Dieu balye dau pan ai poure dzèn e ai ratso lau ronte le dèn; reste pour resteye ou restai: fő kə reste tsi sa vīlyə; kə lo tsertse, mais le proverbe dit correctement: si kǝ l-a fóta dau fu, kɔ lo tsertsai.

IMPARFAIT

vo devazavi pour vo devǝsava; balyasai pour balyive (3); koudǝsé-ay pour kudyīvo-e (1,3); djüvəsan pour djüvivan (3).

GÉRONDIF

in portan pour in portèn.

PARFAIT

alaran pour aliran.

Je ne relève pas non plus pour toi celles qu'on rencontré dans les autres conjugaisons. Les malheureux ne savent pas conjuguer, ils écrivent:

INDICATIF PRÉSENT ET IMPÉRATIF

por koui me prani-vò? (teni-vò, p. 487) pour por koui me prèndevò; komprǝnyi-vò òra pour konprènde-vò òra?; prəni pachènsə pour prende pachènsa; cheintide pour chènte (infinitif chèntre).

SUBJONCTIF PRÉSENT

ouyai pour ouye (3), viai pour vaiye (3), rontéye pour ronte (3) comme s'il y avait un verbe rontā (tin adrai te tsóse ka l'atatse no se rontéye pã, p. 57). L'infinitif comme tu sais est

rontre.

IMPARFAIT

prǝnai pour prǝnyai (3), no rizai pour no rizán, oïssé pour oyé ou oyasé, atindavan pour atèndan, ekozavan pour ekozán,. fazavon pour fazán, oyivan pour oyán, seintivan pour chèntán, tanyīve -ai -an pour tǝnyé -ai -án, tsǝzīvo -on pour tsǝzé -án.

GÉRONDIF

in vaiyasin pour in viyèn ou in vayèn.

PARFAIT ET IMPARFAIT DU SUBJONCTIF

moza pour mozə (mordre), diran pour dǝziran, tinre pour toniran, vinse pour vanise.

PARTICIPE PASSÉ

apri pour aprai, tsǝzi pour tsazu ou tsǝzai.

Ces erreurs ne sont point les seules. J'en relève d'autres plus loin qui ne sont pas moins graves.

Les adverbes empruntés au français ou défigurés sous l'influence de cette langue valent-ils mieux que les adverbes patois? Y a-t-il quelque avantage à dire :

[ocr errors]

d'abo pour daprami, d'abo apri pour tò lo drai aprī, alo pour adán, du lor pour du adán, ankora- ankoinkora pour

onkora

6

onko, bintou binsto pour binstoй bientôt, pasā a côté pour pasă de koute, pi, puis '- e pi et puis' pour pu

6

e pu, poui-e poui pour pour-e pour-epoustadan —epatadan, pautitre -potitre pour epai, pautitre bin-patitre bin

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »