Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

» dessus des terres et des mers, et d'une aile mu»tuelle facilitent leur fuite: ainsi les prudentes cigognes portées sur les vents, gouvernent leur » voyage de chaque année; l'air flotte tandis qu'elles passent, vanné par des plumes innom>> brables.

[ocr errors]
[ocr errors]

>> De branche en branche les oiseaux plus pe>> tits solacient dans les bois de leur chant, et déploient jusqu'au soir leurs ailes peinturées : , alors même le rossignol solennel ne cesse pas » de chanter, mais toute la nuit il soupire ses » tendres lais.

>> D'autres oiseaux encore baignent dans les » lacs argentés et dans les rivières leur sein » duveteux. Le cygne, au cou arqué, entre deux » ailes blanches, manteau superbe, fait nager »sa dignité avec ses pieds en guise de rames. » souvent il quitte l'humide élément, et s'éle» vant sur ses ailes tendues, il monte dans la » moyenne région de l'air. D'autres sur la terre marchent fermes, le coq crêté dont le clairon » sonne les heures silencieuses, et cet oiseau qu'orne sa brillante queue, enrichie des cou» leurs vermeilles de l'arc-en-ciel et d'yeux » étoilés. Ainsi les eaux remplies de poissons et l'air d'oiseaux, le matin et le soir solennisèrent » le Cinquième Jour.

[ocr errors]

>> Le Sixième et dernier Jour de la création se >> leva enfin au son des harpes du soir et du matin,

[ocr errors][merged small]

Let the earth bring forth soul living in her kind, Cattle, and creeping things, and beast of the earth, Each in their kind.

The earth obey'd, and straight

Opening her fertile womb, teem'd at a birth
Innumerous living creatures, perfect forms,
Limb'd and full grown out of the ground up rose,
As from his lair, the wild beast, where he wons
In forest wild, in thicket, brake, or den;

Among the trees in pairs they rose, they walk'd :
The cattle in the fields and meadows green :
Those rare and solitary, these in flocks
Pasturing at once, and in broad herds upsprung.
The grassy clods now calved; now half appear'd

The tawny lion, pawing to get free

His hinder parts; then springs, as broke from bonds,
And rampant shakes his brinded mane: the ounce,
The libbard, and the tiger, as the mole

Rising, the crumbled earth above them threw

In hillocks the swift stag from under ground

Bore up his branching head: scarce from his mould,
Behemoth, biggest born of earth, upheaved

His vastness: fleeced the flocks and bleating rose,
As plants ambiguous between sea and land

The river-horse, and scaly crocodile.

[ocr errors]
[ocr errors]

Que la terre produise des animaux vivans, chacun selon son espèce; les troupeaux, et les

reptiles, et les bêtes de la terre, chacun selon , son espèce !

[ocr errors]
[ocr errors]

>>> La terre obéit: et soudain, ouvrant ses fertiles >> entrailles, elle enfanta dans une seule cou>> che, d'innombrables créatures vivantes, de » formes parfaites, pourvues de membres et en pleine croissance. Du sol, comme de son gîte, » se leva la bête fauve là où elle se tient d'ordi»naire, dans la forêt déserte, le buisson, la fougeraie ou la caverne; elles se levèrent par couple sous les arbres : elles marchèrent, le bétail » dans les champs et les prairies vertes, ceux-ci >> rares et solitaires, ceux-là en troupeaux pâtu>> rant à la fois, et jaillis du sol en bandes nom>> breuses. Tantôt les grasses mottes de terre >> mettent bas une génisse; tantôt paraît à moitié » un lion roux, grattant pour rendre libre la partie postérieure de son corps: alors il s'élance » comme échappé de ses liens, et, se dressant, se» coue sa crinière tavelée. L'once, le léopard et le tigre, s'élevant comme la taupe, jettent par>> dessus eux en monticules la terre émiettée. Le >> cerf rapide de dessous le sol lève sa tête bran» chue. A peine Béhémot, le plus gros des fils de » la terre, peut dégager de son moule son vaste corps. Les brebis laineuses et bêlantes poussent >> comme des plantes: le cheval marin et le croco>> dile écailleux restent indécis entre la terre et >> l'eau.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

At once came forth whatever creeps the ground,
Insect or worm those waved their limber fans
For wings, and smallset lineaments exact
In all the liveries deck'd of summer's pride,
With spots of gold and purple, azure and green :
These as a line their long dimension drew,
Streaking the ground with sinuous trace; not all
Minims of nature; some of serpent kind,
Wondrous in length and corpulence, involved
Their snaky folds, and added wings.

The parsimonious emmet, provident

First crept

Of future; in small room large heart enclosed;
Pattern of just equality, perhaps

Hereafter, joined in her popular tribes

Of commonalty: swarming next appear'd

The female bee, that feeds her husband drone

Deliciously, and builds her waxen cells

With honey stored the rest are numberless,

And thou their natures know'st, and gavest them names Needless to thee repeated; nor unknown

The serpent, subtlest beast of all the field,

Of huge extent sometimes, with brazen eyes
And hairy mane terrific, though to thee
Not noxious, but obedient at thy call.

Now heaven in all her glory shone, and roll'd
Her motions, as the great first Mover's hand
First wheel'd their course : earth in her rich attire

» A la fois fut produit tout ce qui rampe sur la >> terre, insecte ou ver: les uns, en guise d'ailes, agitent leurs souples éventails, et décorent leurs

[ocr errors]
[ocr errors]

plus petits linéamens réguliers de toutes les » livrées de l'orgueil de l'été, taches d'or et de » pourpre, d'azur et de vert; les autres firent » comme une ligne leur longue dimension, rayant » la terre d'une sinueuse trace. Ils ne sont pas » tous les moindres de la nature quelques uns de l'espèce du serpent, étonnans en longueur >> et en grosseur, entrelacent leurs tortueux replis, et y ajoutent des ailes.

>>

[ocr errors]
[ocr errors]

D'abord l'économe fourmi, prévoyante de l'avenir; dans un petit corps, elle renferme un grand cœur! modèle peut-être à l'avenir de » la juste égalité, elle unit en communauté >> ses tribus populaires. Ensuite parut en essaim >> l'abeille femelle qui nourrit délicieusement son >> mari fainéant, et bâtit ses cellules de cire remplies de miel. Le reste est sans nombre, et tu >> sais leur nature, et tu leur donnas des noms » inutiles à te répéter. Il ne t'est pas inconnu, le serpent (la bête la plus subtile des champs); >> d'une énorme étendue quelquefois, il a des >> yeux d'airain, une crinière hirsute et terrible, quoiqu'il ne te soit point nuisible, et qu'il » obéisse à ton appel.

[ocr errors]

» Les cieux brillaient maintenant dans toute leur gloire, et roulaient selon les mouvemens » que la main du grand premier moteur im

« PreviousContinue »