Œuvres: précédées de Mémoires et de notes sur sa vie, son administration, et ses ouvrages, Volume 4

Front Cover
1808
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 347 - ... la valeur vénale des. denrées, le revenu, le prix des salaires, la population, sont des choses liées entre elles par une dépendance réciproque, et qui se mettent d'elles-mêmes en équilibre, suivant une proportion naturelle; et cette proportion se maintient toujours, lorsque le commerce et la concurrence sont entièrement libres.
Page 67 - ... dans l'Intendance de Lyon , et je vous prierai de vouloir bien me laisser à Limoges à la suite du travail que vous m'avez permis d'entreprendre. Je ne vous dissimulerai cependant point que si vous n'étiez pas dans la résolution de faire suivre ce travail, alors j'aurois beaucoup de regret d'avoir négligé l'occasion du changement de place de M.
Page 318 - Il est physiquement impossible que l'impôt sur les consommations soit gradué sur la disproportion entre le superflu et le nécessaire. L'impôt sur les consommations a un maximum qu'il ne peut passer, et ce maximum est déterminé sur le plus ou le moins de facilité de la fraude.
Page 313 - ... doubler et tripler, mais quadrupler et décupler le produit, qui augmentera ainsi dans une proportion beaucoup plus grande que les avances n'accroissent, et cela jusqu'à un certain point où le produit sera le plus grand qu'il soit possible, comparé aux avances.
Page 229 - Roi; pour la durée dudit premier vingtième, et à la charge que le premier et second vingtièmes, tant qu'ils auront lieu, seront perçus sur les rôles actuels dont les cotes ne pourront être augmentées, à peine, contre les contrevenants, d'être poursuivis...
Page 30 - ... c'est un revenu de la terre : si donc on impose la terre et les bestiaux séparément, de deux choses l'une , ou l'on fait un double emploi , ou l'on n'a pas imposé la terre à sa valeur. Il est plus simple de ne point taxer les bestiaux, et d'imposer la terre dans sa juste proportion. Un domaine est composé de terres labourables , de maisons , de prairies , etc. Les prairies sont nécessaires pour la nourriture des bestiaux, sans lesquels on ne peut cultiver les terres : les maisons et autres...
Page 342 - ... toutes nos matières premières , s'empareront de toute notre industrie , et feront tout notre commerce , est du même genre que celui des gens qui ont peur que la liberté de vendre notre grain aux étrangers ne nous fasse mourir de faim , quoiqu'elle augmente nécessairement notre reproduction et nos magasins , qui n'iront jamais chercher leur débit au loin quand ils en trouveront un avantageux dans l'intérieur. J'appelle biens ( bona ) tout objet de jouissance , de possession , de désir...
Page 121 - Syndics êtant institués pour répartir une imposition qui ne tombe que sur les propriétaires, devroient être choisis uniquement par les Propriétaires , et non par la Communauté assemblée dans la forme ordinaire. Cette forme ordinaire est une vraie fiction. Un Notaire se présente à la porte de l'église à la fin de l'office ; presque tous les paysans s'en vont ; parmi le peu qui reste, deux ou trois disent leur avis, les autres ne disent mot , et le Notaire tourne le plus souvent la délibération...
Page 30 - Il ya encore sur cet article bien des raisons de douter. Les bestiaux peuvent être envisagés comme nécessaires au labourage et à l'engrais des terres; et sous ce point de vue ils ne sont point un revenu, mais un instrument nécessaire pour faire produire à la terre un revenu ; il serait donc plus naturel de chercher à encourager leur multiplication, que d'en faire un objet d'imposition. Considérés sous un autre point de vue, les bestiaux qu'on engraisse et les bêtes à laine donnent un revenu...
Page 347 - Les forts salaires , d'un côté , mettent les hommes salariés en état de consommer davantage , et d'augmenter leur bienêtre : de l'autre , ce bien-être et cette abondance de salaires offerts encouragent la population ; la fécondité du sol appelle les étrangers, multiplie les hommes; et la multiplication des hommes fait à son tour baisser les salaires par leur concurrence, tandis que leur nombre soutient la consommation et la valeur vénale. La valeur vénale des denrées , le revenu , le...

Bibliographic information