Du protestantisme en France

Front Cover
Michel Lévy frères, Libraires-Éditeurs, 1860 - Church and state - 534 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 145 - Le sénat s'oppose à la promulgation : 1° Des lois qui seraient contraires ou qui porteraient atteinte à la Constitution, à la religion, à la morale, à la liberté des cultes, à la liberté individuelle, à l'égalité des citoyens devant la loi, à l'inviolabilité de la propriété et au principe de l'inamovibilité de la magistrature ; 2° De celles qui pourraient compromettre la défense du territoire.
Page 147 - Nulle association de plus de vingt personnes, dont le but sera de se réunir tous les jours ou à certains jours marqués pour s'occuper d'objets religieux, littéraires, politiques ou autres, ne pourra se former qu'avec l'agrément du gouvernement, et sous les conditions qu'il plaira à l'autorité publique d'imposer à la société.
Page 465 - ... extrémité ; pour les autres, c'est une affaire de politique et de calcul. Tout leur déplaît dans l'église réformée. Le culte est pour eux sans vie , les prédications inutiles quand elles ne sont pas blasphématoires, la discipline relâchée et pervertie, les consistoires faibles, mondains et peut-être impies; mais elle est établie, elle a ses réunions régulières, ils en sont membres, peut-être pasteurs : elle leur fournit l'occasion d'être reçus sans défiance , de parler librement...
Page 457 - Pour eux comme pour beaucoup d'autres , le xvme siècle durait encore. La loi du 18 germinal an x , en les dispensant eux et leurs pasteurs de toute sollicitude pour l'entretien de leur culte , était venue consolider ce repos , en écartant la cause la plus prochaine du trouble, et par conséquent du réveil. Les prédicateurs prêchaient, le peuple les écoutait, les consistoires s'assemblaient , le culte conservait ses formes. Hors de là personne ne s'en occupait, personne ne s'en souciait; et...
Page 464 - Si , indépendamment de la croyance intime de l'âme et du besoin naturel de l'épancher au dehors , on se demande quel est le but immédiat que se proposent les prédicateurs du méthodisme ; je dirai qu'il faut distinguer. Je ne crois pas qu'il soit possible de douter que, surtout parmi les étrangers , plusieurs n'aient eu le dessein d'établir en France des églises méthodistes, formées des débris de l'église réformée. C'est ce qu'ils ont fait à Genève ; c'est ce qu'ils ont tenté en...
Page 459 - TNous vîmes paraître., sur divers points de la France, des envoyés de plusieurs sociétés anglaises, qui parurent d'abord comme simples voyageurs, mais qui bientôt prolongèrent leur séjour dans les lieux où ils trouvaient un plus facile accès, y revinrent plus souvent et quelquefois finirent par s'y fixer, tantôt prêtant secours, tantôt faisant concurrence au pasteur du lieu, tantôt se présentant comme simples missionnaires libres } tantôt profitant de quelques circonstances favorables...
Page 121 - Par la loi du 18 germinal, disait-il, les religions cessent d'exister par elles-mêmes et pour elles-mêmes; elles font corps avec le gouvernement, elles deviennent un objet d'administration. Leur marche est réglée par la loi, leur discipline y est consacrée. Un nouvel élément, d'une force inconnue, entre dans leur vie extérieure, et, pour tout dire, désormais elles ne peuvent durer en paix que par le repos et la fixité.
Page 126 - Églises, et notamment à concourir à l'exécution des mesures prescrites par le présent décret. Il est composé, pour la première fois, de notables protestants nommés par le Gouvernement, et des deux plus anciens pasteurs de Paris.
Page 145 - Cependant la religion catholique, apostolique et romaine est la religion de l'Etat. ART. 7. Les ministres de la religion catholique, apostolique et romaine, et ceux des autres cultes chrétiens, reçoivent seuls des traitements du Trésor royal.
Page 122 - Art. 10. Sont inscrits sur le registre paroissial, sur leur demande, les protestants français qui , ayant trente ans révolus et deux ans de domicile dans la paroisse, établissent qu'ils appartiennent à l'Eglise réformée ou à celle de la Confession d'Augsbourg par les justifications que le Conseil central et le Directoire ont déterminées, en conformité avec les vœux de la majorité des Consistoires. Les étrangers, après trois ans de résidence dans la paroisse, sont admis à se faire...

Bibliographic information